Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 novembre 2022 5 25 /11 /novembre /2022 14:08

Hier, se sont ouverts dans plusieurs lieux en France des débats, des échanges autour des violences faites aux femmes.  Avant-hier, déjà, une conférence avait lieu dans les locaux de la salle J-P Roger sous la présidence de M. Jean Claude Jouannou, président du C.D.O.S et de Mme Valérie Barlois, championne olympique d'escrime et présidente de l'AOF.

Elle devait sensibiliser l'ensemble des fédérations sportives sur le sujet du Sport Respect et d'évoquer les violences dans le sport sous toutes ses formes et plus particulièrement des violences sexuelles, du sexisme, eu harcèlement ou des discriminations raciales ou sociales.

Ces dernières formes de violence apparaissent de plus en plus dans la société et bien sûr le sport n'en réchappe pas. Mme Barlois-Leroux a insisté sur la valeur d'exemple représenté par  les champions olympiques aux yeux de la jeunesse mais aussi de tout citoyen pour prendre conscience de ce phénomène qui commence à ravager beaucoup de pans de notre société.

Mme Maryvonne Icarre, inspectrice de la Jeunesse et des sports dans l'Ain, a bien indiqué que l'Etat était mobilisé pour repérer toute forme de violence (cellules de signal d'alerte, d'accompagnement ...) et que celui-ci avait bien la mission de protection de toute personne. 

M. Philippe Liotard, sociologue et anthropologue,  a défini et fait le point sur cette question de violences dans son préambule de cette conférence. Il a abordé le sujet en demandant à l'assistance  de porter un regard attentif sur celles-ci  au travers de différents témoignages particulièrement intéressants. Il a beaucoup émis des interrogations pour  tous les membres du C.D.O.S ou représentants de clubs. Il a même essayé d'évaluer le degré de contrainte et indiqué qu'il faut savoir fixer ses contraintes pour atteindre un épanouissement personnel au travers du sport pratiqué, savoir mieux utiliser sa force, sa tactique, ses ruses pour atteindre un objectif sans avoir recours à une violence gratuite.

Il a rappelé l'historique des différents textes ou lois mis en place depuis plus de vingt ans par les différents gouvernements autour des questions liées au sexisme et au genre. Il a constaté également que le code civil posant des normes  induisait que, collectivement, la violence devenait plus ressentie surtout dans les réseaux sociaux (par exemple le détournement de la cohésion d'un groupe par des rites particuliers: le bizutage ou l'intégration)

Gregory Mallet, nageur émérite aux JO de Londres,  est venu raconter son expérience de bizuté et de bizuteur. La construction de sa personnalité a été particulièrement longue et parfois difficile. Il a pris conscience des erreurs du "bizutage" ou de la dite intégration qui peuvent entraîner dangereusement sur une mauvaise pente  des jeunes athlètes en acceptant ce type de dérives. Il a choisi désormais de se muer en préparateur mental spécialisé dans le bien être tout en continuant de rechercher les bonnes valeurs pour s'immiscer dans un groupe. 

Jean Christophe Vincent président de Lyon la Duchère a précisé son engagement en tant qu'accompagnateur social et rappelé les valeurs défendues au sein de club. Il demande des mesures de prévention mais surtout de protection au sein de chaque fédération de sport  et non pas qu'aux seuls clubs de football. Il faut plus mobiliser les acteurs sur le terrain y compris les élus de la république car il constate à regret qu'il existe un retard à l'allumage pour lutter contre tout type de violence (physique, sexuelle, discriminatoire, ...). 

Marie Rabate, membre de la commission nationale Inceste et violences sexuelles, a relaté le nombre et le type de violences relevées. Elle a indiqué que la pratique du sport restait de se faire du bien et non de faire du mal à autrui. Elle a fait appel à la vigilance dans les clubs et à une exigence des fédérations à prévenir mais aussi à repérer et même à sanctionner durement toute dérive violente auprès de tout être humain (en particulier pour les femmes et les enfants). Elle a insisté sur ces points car, victime par le passé, elle est décidée à continuer de défendre le combat pour la défense des droits des enfants et des personnes en situation d'handicap.

Mélina Robert-Michon, vice-championne olympique aux Jeux de Rio du disque, olympienne du territoire, s'est dite prête à s'engager (personne ressource pour les J.O de Paris 2024) car convaincue qu'il faut agir en tant qu'exemple. Le sport doit être associé au mieux de son être même si on peut se faire du mal, voire être violent avec soi-même pour se faire du bien dans certaines situations (surtout quand on veut atteindre un objectif ou un résultat)

Ces violences sexuelles ou ces comportements liés à du harcèlement qui ont bien choqué le président du CDOS doivent être dénoncées et combattues. Des mesures concrètes doivent être mises en oeuvre. (cellules d'écoute, d'investigation, d'accompagnement, sanctions ce qu'a présenté un représentant de l'association "Les papillons".   Celle-ci a créé des boites aux lettres dans les ERP dans le but d' aider les enfants à libérer leurs paroles face à des maltraitances dont ils sont victimes )  Personne et encore tout club ne doit fermer ses yeux face à ces actes qui n'ont rien à faire avec les valeurs défendues par  tout sport. 

Philippe Liotard a synthétisé l'ensemble de ces témoignages en recommandant qu'un plan d'actions de prévention,  de sensibilisation,  de formation soit mis en place dans tout mouvement sportif  pour marquer cette lutte contre la culture de la violence.

Dans le concert international, il faut aussi que les instances dirigeantes de notre sport, le rugby, agisse également  pour prendre de sérieuses sanctions contre les violences physiques gratuites sur les terrains mais aussi de veiller au comportement des uns et des autres souvent conditionné par l'éducation.

Trop de placages s'effectuent encore beaucoup trop au niveau du haut du corps alors qu'on apprend aux jeunes à esquiver ou à plaquer au niveau des jambes, des mollets ou chevilles.

Une vraie et LONGUE campagne de sensibilisation aux violences devrait être effectuée sur tous les terrains nationaux ou internationaux (comme celle contre le racisme ou pour le respect) 

Partager cet article
Repost0
24 novembre 2022 4 24 /11 /novembre /2022 20:02

En s'imposant face au Japon (35-17), les Bleus ont terminé en beauté une année 2022 couronnée de succès.

Treize succès …pourvu que ce nombre ne leur porte pas la poisse pour le prochain Tournoi. Certes celui-ci ne sera pas le plus important de l’année 2023. Ils devront se préparer essentiellement pour la Coupe du monde…où ils seront encouragés par pas mal de supporters comme en 1998.

 

A Toulouse, le XV de France n'a jamais tremblé face aux Nippons et a dominé les débats du coup d'envoi au coup de sifflet final. La presse étrangère durant cette semaine , même si la Coupe du monde de football a commencé à mobiliser pas mal de fans dans le monde entier, est revenue  sur le succès des hommes de Fabien Galthié durant cette année 2022.

 

Le XV de France n'a pas particulièrement brillé durant ce match contre le Japon mais les conditions atmosphériques  (pluie, vent …) ne les ont pas poussés à se lancer dans des cavalcades. Par contre, les Bleus n'ont jamais douté contre les Japonais.

Mieux organisés, plus puissants et dominateurs, les Tricolores ont rapidement pris l'avantage par l'intermédiaire de l'inévitable Damian Penaud, auteur de onze essais lors de ses douze derniers matchs avec les Bleus.  Ce sacré guide qui faillit ne pas jouer a encore planté deux beaux essais….Quand Villière et Jaminet viendront renforcer l’équipe,  on aura plusieurs possibilités d’attaque grâce au maître d'orchestre, M; Labit.

 

Privé d'Antoine Dupont, suspendu quatre  matches après son carton rouge contre les sud africains, le capitanat a été parfaitement assuré par Charles Ollivon,, auteur d'un essai et d'une performance plus que remarquée.

Il serait bon qu’il conserve ce rôle pour les prochaines échéances ce qui libérera Antoine Dupont pour mieux se consacrer à la tactique.

L’autre joueur qui a effectué un retour bien intéressant en tant que très belle doublure de Melvyn Jaminet fut Thomas Ramos, très régulier face aux perches  marquant une fois de plus encore quinze points.

 

Mais le plus étonnant, c’est la sérénité de l’effectif français, joueurs du banc compris. Avec le retour des tricolores blessés, l’équipe de France se place en excellente position pour aborder son prochain mondial avec deux autres équipes qui nous sont apparues en forme: l’Irlande et l’Afrique du Sud

 

Les Bleus viseront-ils le record des 18 victoires consécutives des All Blacks réalisés entre 2015 et 2016 ? Ou bien ne vont-ils pas plutôt améliorer leur défense et être plus sûrs de leur jeu comme le dit Shawn Edwards qui a apporté tant aux bleus

"Si vous voulez participez sérieusement à la Coupe du monde, vous devez jouer extrêmement bien en quart de finale, en demi-finale et encore mieux en finale, ce que nous n'avons pas réussi à faire aujourd'hui. Il va falloir faire le point"

Les Bleus débuteront le Mondial 2023 avec l'étiquette d'équipe à battre car  il inquiète les autres nations.

 

Le rugby, ça se joue énormément dans la tête. Quand on a vu ces Bleus rattraper leur retard face aux Wallabies et aux boks, on a bien envie de les croire capables d’autres exploits.

 

Il ne suffit pas de dominer ces Français durant un temps pour les faire céder. Il faut surtout les mettre sous pression en permanence et  durant quatre-vingt minutes pour espérer une victoire face à eux. Lors de cette tournée d’automne, aucune formation n’aura réussi à le faire, ni lors de toute l’année 2022. Un bon présage à confirmer en 2023!

 

PS Et puis félicitations au groupe portugais qui est venue rejoindre les dix neuf autres équipes du futur Mondial en battant les américains..un véritable exploit qu'un de nos lecteurs a dû apprécier...(j'attends d'ailleurs Cher monsieur Silva un reportage sur cette équipe...en direct du Portugal!!)

Partager cet article
Repost0
18 novembre 2022 5 18 /11 /novembre /2022 12:58

 

Les deux cartons rouges de France-Afrique du Sud restent dans toutes les mémoires. Beaucoup de supporters ont trouvé que le match avait atteint un degré de violence assez fort et qu’il va falloir trouver vite une remède pour éviter que cela s’empire. Les joueurs ont été sanctionnés différemment avec un net désavantage au Français.

Peut-être le brassard de capitaine a dû marquer la commission  de discipline. Pourtant le geste d’Antoine Dupont peut apparaître moins grave que celui de Pieter Steph du Toit qui a blessé un petit peu Jonathan Danty, celui-ci se retrouvant quand même sur le terrain de Toulouse.

 

Antoine Dupont qui ne s’était pas maîtrisé sur Cheslin Kolbe alors en l’air a écopé de quatre matches de suspension qui vont lui interdire un retour au Stade Toulousain pour trois matches. Cela lui permettra de se reposer et de mieux se préparer pour les prochaines échéances (tournoi des six nations, coupe du monde…)

 

C’est un peu exagéré comme sanction aux yeux de plus de 80% des français interrogés par Rugbyrama car, à priori, le geste du Sud-Africain apparaît plus grave, pas loin de l’agression, même s’il a pu se réfugier derrière la notion de "déblayage". Il n’a pas plaidé coupable. Mais son geste était volontaire. Il ne s'est pas contrôlé, ni excusé comme l'a fait Antoine Dupont ver son ancien coéquipier.

Quand Cheslin Kolbe un peu feu follet est touché au pied par Dupont et part en l’air  il sait qu’il prend des risques et effectue donc une belle cabriole  qui finit sur la tête. Antoine Dupont, au moins, a reconnu devant la commission qu’il n’avait pas bien maîtrisé son geste de défense mais ce n’était pas une  agression et pourtant, il est plus sanctionné que son adversaire. Antoine Dupont a plaidé coupable et, de plus très étonnant, son adversaire n’a pas été considéré comme blessé. Pourquoi autant de sévérité ?

Peut-être parce qu’il a heurté un joueur vulnérable (Kolbe le savait ….) Dans l’autre agression ayant entraîné l’expulsion de Du Toit,  Danty, n’était pas en position vulnérable, même s’il était couché.

Le geste d’Antoine Dupont était un réflexe, le plongeon du sud-africain était volontaire. C’est quand même une  injustice.

 

Ces sanctions s’ajoutent à une liste assez importante de blessés lors du dernier match  mais Fabien Galthié a pourtant convoqué les mêmes joueurs pour affronter les japonais ce dimanche à Toulouse à 14 h (on peut d’ailleurs émettre l’idée de commencer les rencontres l’après-midi par exemple à 15h au lieu de la soirée ce qui permettra de ne pas allumer les projecteurs )

Trois changements sont à noter parmi les joueurs qui ont débuté la rencontre face à l'Afrique du Sud : Reda Wardi en première ligne remplace Cyril Baille touché à l’aine (adducteurs fragiles?); Romain Taofifenua commencera pour une fois le match à côté de Woki qui revient tout doucement en forme; enfin Maxime Lucu prendra le poste de Dupont. Il faut espérer que la relation avec Romain N’Tamack fonctionnera … On aurait pu pour ce match à Toulouse laisser jouer Jalibert avec son camarade de club.

 

Damian Penaud va tenir sa place alors qu’il se plaignait d’une douleur au genou. Etonnant que le staff ne pense pas à laisser un trois quart en réserve sur le banc  par exemple Lebel… Galthié sait bien depuis le dernier match que Macalou est capable de pallier à tout.

La pluie annoncée va peut-être nous priver d’un joli spectacle face au Japon que les bleus ont battu par deux fois en tournée

 

Le XV de départ des Bleus : 15.RAMOS 14. PENAUD 13.FICKOU  , 12 DANTY  11. MOEFANA ; 10. NTAMACK, 9. LUCU ; 7.Ollivon  (cap.), 8. Alldritt, 6. Jelonch ; 5. Taofifenua, 4. Woki ; 3.Atonio 2. Marchand, 1. Wardi

Remplaçants : 16. Mauvaka, 17. Priso, 18. Falatea, 19. Verhaeghe, 20.Chalureau 21. Macalou, 22. Couilloud, 23. Jalibert

Partager cet article
Repost0
17 novembre 2022 4 17 /11 /novembre /2022 15:19

Pour parfaire la condition physique des seniors et surtout prévenir les chutes, l'association Comité du Rhône & Métropole de Lyon de Rugby à XIII  a développé un programme Silver XIII Equilibre, programme sportif et ludique autour de la petite balle ovale depuis plusieurs années. Le nombre d'adhérents ne faisant qu'augmenter, il est bon d'en féliciter les membres du Comité Rhône XIII et son président Jacques Cavezzan.

La métropole les a même mis en valeur dans le dernier magazine durant la dernière semaine bleue des seniors.... de plus, comme par hasard,  le bleu a porté chance à l'équipe de France du rugby à XV... 

Magnifiquement encadrés par des animateurs dévoués, compétents et délicats Emma et Sébastien auprès des seniors, les ateliers où renforcement musculaire, équilibre et assouplissement sont mis à l'honneur se déroulent dans une bonne humeur dans plusieurs salles ou centres sociaux des villes de l'agglomération Lyonnaise (Caluire, Vaulx en Velin, Villeurbanne ...) grâce aussi à quelques partenaires comme la Macif, le département du Rhône, le Crédit Mutuel, le groupe Em2c l'immobilier inspiré, la ligue Auvergne-Rhône Alpes de rugby  à XIII.

Ils permettent tout tranquillement de se sentir plus à l'aise sur ses jambes mais aussi dans sa tête ce qui n'est pas négligeable.

On ne peut qu'encourager les dirigeants à poursuivre cette démarche !

Les différents ateliers sont composés de plusieurs moments bien distincts:  

ÉCHAUFFEMENT avec marche et manipulation de ballon  

RENFORCEMENT  Bas et Haut du Corps avec élastiques,

ATELIERS  EQUILIBRE puis Déséquilibre..!  

COORDINATION : skillz passes en face, 
 
ENDURANCE : marche avec intensité variable
`et pour finir des ÉTIREMENTS : en musique !!

 

 

Partager cet article
Repost0
13 novembre 2022 7 13 /11 /novembre /2022 14:57

Ne boudons pas notre plaisir de voir notre équipe de France atteindre ce niveau dans des conditions particulièrement défavorables, celui d’une équipe conquérante qui se forge un beau palmarès, en attendant d’autres objectifs bien plus concrets.

 

Pourtant, les sud-africains étaient venus à Marseille pour bouffer du coq, Faf de Clerk annonçant même qu’il ne lâcherait pas Dupont d’une semelle. On l’a senti dès le début du match …cela allait  cogner sérieusement…et les pénalités ont commencé à tomber…

 

Comment accepte-t-on encore dans ce rugby moderne qu’une équipe triple championne du monde se comporte de manière aussi brutale? Comment se fait-il que l’on n’oblige pas tous les joueurs à bien plaquer aux jambes? Les springboks se sont donc retrouvés privés d’un joueur coupable d’un geste inadmissible, un déblayage de sauvage qui lui valut sur le champ une expulsion.

Prochainement, à Lyon, une conférence sur les violences physiques dans le sport aura lieu pour émettre des constats.(CDOS Salle Jean Pierre Roger 24 rue Julien Lyon Montchat ) Comme quoi, les instances du sport sont bien conscientes qu’il va falloir agir concrètement contre ces violences excessives dans tout sport en particulier dans les sports de contact. Puissent-ils bien trouver et engager des solutions adéquates. Que tous leurs propos ne restent pas feuilles mortes. Que toute instance agisse!

Ce deuxième match de la tournée d’automne a été marqué quand même par cinq protocoles de commotion cérébrale et deux expulsions dont celle du capitaine Antoine Dupont arrivant trop tard sur une montée de Cheslin Kobe, celui-ci  effectuant  une sacrée cabriole tout en retombant sur la tête.

 

Les Springboks voulaient en découdre avec l’un des favoris de la prochaine coupe du monde. Ils ont vraiment montré leurs muscles. Ils n’avaient été battus que par l’Irlande le week end dernier et souhaitaient garder leur statut de champion du monde 2019.

 

Ces sud-africains ont une équipe qui peut encore prétendre à un nouveau titre... faudra juste  qu’il trouve la perle rare en tant qu’ouvreur pour mieux orienter leurs lignes arrières (pourquoi pas Kolbe, une pile sur ressorts devenue aussi buteur?)

Ils devront aussi modifier leur tactique et leur stratégie, le rugby n’étant pas qu’une question de puissance, de violence mais un jeu d’esquive, de vitesse et de techniques.

 

Que retenir de cette haute lutte entre ces deux prétendants à la couronne mondiale dans un an?

Des protocoles commotions à la chaîne au point que les joueurs faisaient la queue dans les couloirs,  deux joueurs expulsés sur des fautes peu convenables mais surtout pas mal d’éléments blessés et sortis sur blessure (Baille, Flament, Atonio …).

Le match face aux Boks va  laisser des traces dans les mémoires mais aussi dans les corps de certains. 

L‘équipe qui se présentera face au Japon dimanche prochain aura un tout autre visage avec Lucu à la mêlée, peut-être Jalibert à l’ouverture et pourquoi pas N’ Tamack en trois-quart-centre. En tous cas, on a remarqué que nous avions un beau réservoir de jeune pou de moins jeunes pour pallier aux différents soucis.

 Une chose est sûre: les hommes de Fabien Galthié n'ont pas flanché au vu de l'immense défi physique imposé par les Sud-Africains. Ils ont su le maîtriser ce qui n'est pas un moindre exploit.

 

Dans un Vélodrome incandescent où on a senti les vrais supporters bien différents de ceux du stade de France bien trop mondains, les français et sud-Africains se sont donc livrés l'un des matchs les plus rudes de ces dernières années. Auteurs d'un très bon début de match, avec notamment une avance de treize points au bout des 23 premières minutes, les Bleus ont rapidement été rattrapés par l'intensité physique des champions du monde en titre.. De plus à la la douzième minute, Jonathan Danty quittait le terrain à la suite d'un illicite déblayage de Pieter-Steph Du Toit, pourtant meilleur joueur du monde en 2019.

Victime d'une fracture du plancher orbital, le trois-quart centre français fut remplacé par un flanker  Sekou Macalou, auteur d'une prestation de très haut niveau à un poste étonnant,  celui d’ailier grâce à un sens de la défense bien affirmé.

Après cet incident, les pépins physiques suite à des chocs particulièrement violents mirent au tapis Baille, Atonio , Flament,  ou Mbonambi pour les springboks qui, ayant joué depuis la douzième minute à quatorze, ont dû gérer leur banc sortant deux ou trois joueurs majeurs sur la fin du match.

Dans une rencontre où les plaquages étaient dévastateurs et les percussions destructrices, les Bleus n'ont pas perdu le rythme. Guidés par un pack des grands soirs guidé par le revenant Charles Ollivon, futur capitaine contre le Japon, les Français ont su faire preuve de réalisme dans le premier acte malgré un essai inscrit par Siya Kolisi à la demi heure de jeu.

 

Ils restaient en tête à la mi-temps (16-10) grâce à la technique irréprochable de Thomas Ramos face aux perches.

 

La deuxième période s’annonçait difficile au point que le petit cousin d’Antoine Dupont nous conseillait d’éteindre la télévision ou de boire une verveine.... 

C’est vrai que les Français n'étaient pas au bout de leur peine après avoir perdu certains joueurs brillants face à l’Australie (Baille, Flament, Danty.)… Cela s’aggrava quand, à la lutte sous un ballon haut dans ses 22 mètres, Antoine Dupont percutait Cheslin Kolbe dans les airs et se retrouvait à son tour exclu. Les sud africains marquaient dix points et passaient en tête au score. Il y a quelques mois, on aurait lâché mais tout à coup les Bleus redevinrent cette redoutable machine à gagner.

Ils trouvèrent une nouvelle fois la clé pour se sortir d'une situation qui semblait perdue d’avance, grâce à la botte millimétrée de leur buteur et à un essai contestable de Sipili Falatea à la 74ème minute, bien validé par un Wayne Barnes un peu perdu sur plusieurs décisions.

Comme lors d'un combat de boxe, peu importe les coups reçus, seul le résultat compte. L'équipe tricolore l'emporta donc 30 à 26. Marseille leur avait, une fois de plus, porté chance !

 

Les bleus sont sur une bonne voie mais il faudra hausser le niveau pour parvenir au Graal…

Nous leur faisons confiance !

Partager cet article
Repost0
8 novembre 2022 2 08 /11 /novembre /2022 15:36

Lors de ce France Australie qui s’est déroulé devant un public bien particulier faisant la ola quand les bleus attaquaient, on est resté sur notre faim..

 

Car on ne voit pas tout à la télévision … Sur place, notre vision n’a pas été la même! …les matches de  ces tournées d’automne deviennent de plus en plus des foires… c’est un peu malheureux….les animateurs n’entendent même pas ce qu’ils racontent ou alors ils hurlent,  les DJ’s font tout pour  chauffer la salle, pardon le stade, à coups de jeux ou de morceaux de musique…

On se croyait dans une arène où on allait assister à un show d’un artiste…Le public avait payé et particulièrement cher  (il faut bien rembourser les dettes accumulées)…. on a ajouté des paillettes d’entrée et donc avant le début du match, on a envoyé des fusées éclater au dessus du stade parisien… pas étonnant que le feu d’artifice n’ait pas été sur le terrain !!

Le fait de devenir un lieu de spectacles donne une drôle d’impression à beaucoup de supporters… d’ailleurs, une petite banda avait bien du mal dans ce capharnaüm à mettre l’ambiance qu’on ressent souvent dans le Sud-Ouest…….

Et que dire de la minute d’applaudissements  écourtée  par les organisateurs pour pourtant marquer un grand capitaine du XV de France Benoit Dauga, décédé la semaine dernière à 80 ans… lamentable!

Dans les pays britanniques, il y a du respect pour tous ces joueurs ou entraineurs qui disparaissent et qui ont honoré ce sport. Roger Couderc doit se retourner dans sa tombe devant tant d’irrespect.

 

Le public malgré tout a bien encouragé les bleus mais pas plus… Il était venu voir un show bien loin de celui des connaisseurs ou des amoureux de la petite balle ovale… Mais qu’y faire? Notre époque perd certains repères alors autant se retrancher entre amis dans des pubs et laisser couler dans nos gosiers une douce bière bien ambrée.

En tous cas, les spectateurs ont eu du suspense jusqu’au bout avec des joueurs pas encore tout à fait au point, en quelque sorte en rôdage. Ils ont même failli assister à une défaite mais ouf,  le coup de rein et la classe de Mister Penaud ont fait merveille dans les dernières minutes.  

En tous cas, ils ont dû aussi admirer les coups de tatane qui consistaient, semble -t-il, à vouloir gagner du terrain.  Ils ont aussi dû  apprécier les longues minutes de préparation des coups de pied lors des pénalités ou transformations.  Nous, les fans, on s’ennuyait un peu ne pouvant que comptabiliser les aller et retour de  nos voisins assoiffés…  A quand l’arrêt du chrono pour pouvoir obtenir un vrai temps de jeu?

 

Revenons quand même au match!

 

 

Ce fut un match tout à fait normal en quelque sorte… un match de reprise…, un match où on tâtonne, un match où on bafouille son rugby, bien loin de celui du tournoi. Certains joueurs n’avaient pas chaussé de crampons avec l’équipe tricolore depuis quelques mois…même quelques uns n’avaient même pas goûté les chauds combats de notre championnat et paraissaient en quête d’interrogation sur leur état de forme (Baille, Woki, N’Tamack….)

 

Le match nous est donc apparu brouillon même si tous les joueurs cherchaient à retrouver de l’enthousiasme dans les combats… Les journalistes avaient un peu sous-estimé les australiens.  Bien loin d'être des manchots (l'essai de 80 mètres, quel régal!), les Wallabies avaient reconstruit une équipe équilibrée avec de jeunes joueurs bien  encadrés par des anciens pas encore totalement vermoulus comme Hooper ou Foley.

Quelques joueurs ont montré à nouveau leurs belles qualités (Marchand, Flament, Ollivon, Alldritt, Ramos et surtout Penaud en grandes jambes) mais sera-ce suffisant pour affronter samedi soir à Marseille les redoutables springboks avec leur pack le plus lourd? Peut-être faudra-t-il relancer le turbo et les faire courir?

Mais gare, gare! Erasmus renvoie la grosse armada pour nous contrer.

Face aux champions du monde, nous pourrons alors évaluer les progrès à réaliser. Les irlandais qui viennent de les battre nous montrent le chemin et se posent parmi les grands favoris de la future RWC 2023.

Un petit avantage d’après les derniers commentaires: il leur manquerait un ouvreur solide qui peut tenter les pénalités.

 

La France s'est imposée sur le fil face à des Australiens accrocheurs (30-29) mais ce fut stressant. Samedi prochain, s’ils perdent, ce sera tout à fait normal. Pour être au niveau des irlandais ou des sud africains voire des All blacks, il faut jouer ensemble et parfaire les automatismes à l’entraînement …ensuite faut être motivé ..

Esperons qu’ils le soient à Marseille ! Le staff et Fabien Galthié ne devraient pas révolutionner son équipe mais plutôt trouver le poids lourd adéquat (le Montpelliérain Bastien Chalureau?) pour remplacer Tao ou Woki.

Quinze  joueurs ont été appelés à Marcoussis pour bien préparer les titulaires; certains seront libérés jeudi pour une nouvelle journée de Top 14 :

  • Alexandre Bécognée
  • Bastien Chalureau
  • Dylan Cretin
  • Jordan Joseph
  • Thomas Lavault
  • Yoan Tanga
  • Rémi Picquette
  • Réda Wardi
  • Pierre-Louis Barassi
  • Pierre Boudehent
  • Anthony Bouthier
  • Ethan Dumortier
  • Samuel Ezeala
  • Emilien Gailleton
  • Alivereti Raka

Ps On a aussi bien regretté la dernière attaque des bleues plus que l'échec de Caroline Drouin lors des dernières minutes de la  demi face aux Black Ferns à l'EDEN PARK d'Auckland .... Battues d'un point (24/25) comme leur aîné en finale face aux All Blacks en 2011, (d'où la remontée de souvenirs car les faits se ressemblent ! Trinh-Duc pourtant méritant, avait raté lui aussi une pénalité à cause de la passion), elles rencontreront samedi à 4H30 du matin (heure française) les canadiennes qui ont échoué face aux anglaises

 

Partager cet article
Repost0
4 novembre 2022 5 04 /11 /novembre /2022 23:11

 

XV DE FRANCE - À la  veille de l'affrontement contre l’Australie au Stade de France, le XV de France a poursuivi ses semaines de préparation. Le Rochelais Jonathan Danty et le Toulousain Cyril Baille faisaient notamment partie des 23 joueurs potentiellement présents sur la feuille de match.

 

La température douce de cette semaine  à Marcoussis a permis d'affiner les rouages de l'équipe tricolore mais il est fort possible que  la fraîcheur attendue pour le mois de novembre apparaisse en cours de match et que le vent joue un rôle. 

 

William Servat a disposé des boucliers pour travailler le déblayage car le championnat de France est marqué ces dernières semaines par des actions amenant un carton rouge. Le sélectionneur Fabien Galthié en forme olympique a pas mal échangé  avec l’ensemble des acteurs.

 

Les joueurs français vont devoir retrouver leurs automatismes.On a essayé de remplacer nos blessés par des hommes expérimentés mais en petite forme ou de retour sur les terrains (Woki, Baille, Ollivon, N'Tamack...) et puis la présence de Danty qui attend son premier enfant est loin d'être assurée.

ATTENTION DE NE PAS PLACER EN GRAND FAVORI LES TRICOLORES;

Ils seront peut-être en rôdage ce samedi....

 

Le XV pour lutter contre l'Australie est le suivant :

15. Ramos; 14. Penaud, 13. Fickou, 12. Danty, 11. Moefana ; 10. Ntmack, 9. Dupont (cap) ; 8. Alldritt, 7. Ollivon, 6. Jelonch ; 5. Flament , 4. Woki ; 3. Atonio  2. Marchand, 1. Baille

Les remplaçants : 16. Mauvaka, 17. Prise, 18. Haouas, 19 Geraci 20. Taofifenua, 21.Lucu  22. Jalibert, 23. Lebel

Partager cet article
Repost0
2 novembre 2022 3 02 /11 /novembre /2022 09:04

En cette fin octobre où le soleil brille encore en France, des jeunes femmes montrent aux antipodes qu'elles font bien partie des meilleures nations du rugby mondial.

Mais qui les a suivies ? En France, on se passionne pour les luttes entre clubs professionnels qui s'affrontent depuis près d'une dizaine de journées. Le Stade Toulousain qui fournit l'essentiel du contingent tricolore actuellement réuni à Marcoussis pour la future tournée automnale (voir futurs articles ) mène la danse dans ce championnat mais reste sous la menace de tout club (exemple leur défaite face à l'Aviron Bayonnais). 

Le top 14 est d'ailleurs quelque peu faussé par l'absence des internationaux dont on remarque l'indéniable impact. Certes on fait appel aux réserves de talent de chaque club ce qui  permet d'établir le niveau réel de formation et les forces vives. Ainsi on peut découvrir de nouvelles pépites qui peuvent prétendre à une cape au niveau international dans un délai plus ou moins rapide.

Revenons à nos bleues. Elles disputent depuis plus de trois semaines une compétition majeure, la première coupe du Monde féminine de rugby au pays du grand nuage blanc, la Nouvelle Zélande.

Les rencontres se déroulent sur l'île du nord, dans des stades proches d'Auckland. Les tribunes utilisées de ces lieux secondaires restent malgré tout encore bien clairsemées pour certains matches...

Nos tricolores ont effectué un parcours tout à fait honnête et ont parfaitement rempli leur mission: atteindre le dernier carré. Elles ont dominé leurs adversaires italiennes lors de leur quart de finale, après avoir bien écrasé les équipes fidjiennes et sud-africaines et pu faire jeu égal avec les anglaises, celles-ci restant malgré tout les favorites de la compétition.

Ce samedi 5, l'Angleterre va rencontrer le Canada à 4H30 (heure française) et l'équipe française affrontera les Black Ferns dans le stade mythique de l'Eden Park d'Auckland à 7H30.... deux belles équipes en sortiront vainqueurs ....quel honneur pour la France si elles arrivaient à la finale,  surtout qu'il y a douze ans  une autre équipe française s'était retrouvée en finale de la RWC et nous avait surpris !

En sera-t-il de même? Arriveront-elles à se hisser à ce niveau? Ce sera bien difficile car ayant perdu des jeunes femmes expérimentées et talentueuses comme Laure Sansus, elles commettent encore quelques fautes techniques...Face à une équipe néo-zélandaise particulièrement remontée, elles auront bien du mal à atteindre la grande finale mais qui sait?

Le sélectionneur Thomas Darracq aidé par l'ancienne capitaine Gaëlle Mignot a peu modifié la dernière équipe qui a gagné contre l'Italie. Un élément essentiel revient au poste de troisième ligne centre: il s'agit de Romane Ménager remise de sa commotion qui l'avait contraint à quitter ses partenaires lors de la confrontation avec les anglaises . Ce retour pousse Marjorie Mayans sur le banc des finisseuses.

La troisième ligne avec Escudero et Hermet  permettra ainsi d'augmenter les porteuses de balles dans les trucks . Comme la première ligne et la seconde ligne restent des points forts, cette tactique doit s'avérer payante.... les lignes arrière devront varier aussi leur jeu pour poser l'obstacle néo zélandais.

En tous cas, notre équipe quelque soit le résultat, aura rempli son contrat. Puisse-t-elle recevoir au moins une reconnaissance du public français et surtout une plus grande médiatisation!

Le XV de France Féminin pour affronter la Nouvelle-Zélande ce samedi matin à 7H30 (diffusion sur TF1):

15. Boulard ; 14. Grisez, 13. Filopon, 12. Vernier, 11. M. Ménager ; 10. Drouin, 9. Bourdon ; 7. Escudero, 8. R. Ménager, 6. Hermet (cap.) ; 5. Fall, 4. Ferer ; 3. Joyeux, 2. Sochat, 1. Deshaye.

Remplaçantes : 16. Domain, 17. Lindelauf, 18. Khalfaoui, 19. N’Diaye, 20. Mayans, 21. Chambon, 22. Queyroi, 23. Jacquet

Partager cet article
Repost0
10 septembre 2022 6 10 /09 /septembre /2022 10:57

La Coupe du Monde aura débuté en France .... aura-t-on eu une première victoire sur les néo-zélandais ? peut-être pas car ceux-ci voudront encore honorer la reine Elisabeth II qui vient de s'éteindre...

Les équipes de l'hémisphère Sud qui s'affrontent dans le Rugby Champions Ship ne sont pas particulièrement en grande forme....

Argentins , australiens, springboks et même All blacks vont devoir montrer d'autres dispositions dans un an pour pouvoir affronter les Irlandais, écossais , gallois ou anglais

En tous cas les néo-zélandais semblent bien décidés à rester au sein du Commonwealth vu l'hommage qu'ils ont rendu à la reine d'Angleterre.... 

A bientôt pour des articles sur différents sujets en espérant ne pas trop parler des ennuis judiciaires de Claude Atcher, ou de Bernard Laporte ou du retrait de Virimi Vakatawa de toute compétition avec les bleus

Partager cet article
Repost0
21 mars 2022 1 21 /03 /mars /2022 20:21

 

Douze ans après leur dernier titre durant le tournoi 2010, les bleus conduits par leur vaillant capitaine Antoine Dupont une fois de plus meilleur joueur du match  ont donc remporté leur dernier match et décroché un dixième chelem ….

 

Cela ne pouvait qu’être possible… tout simplement parce que des bons présages m’avaient frôlé dès le début….

Je m’explique…. Avec mon ami Claude, nous avions retrouvé nos bonnes places de novembre où nous avions assisté à la victoire de la France sur l’Argentine. Nous assistions aux échauffements et aux présentations des équipes , nous pianotions sur nos portables à nos amis nos premières sensations…. Quand,  tout à coup, je sentis une pression forte sur mon côté droit. Un anglais en perte d’équilibre espérait compter sur ma ferme épaule pour éviter une catastrophe dans ce maudit escalier… Malheureusement ce mouvement effectué en quelques secondes me déstabilisa et je décollais de mon siège dans un déplacement que Fosbury aurait validé… je retombai bien sur le fessier et sur le dos perdant le bérêt tandis que mon portable fit un volte-plané des plus artistiques. Me relevant quelque peu décontenancé, je cherchai immédiatement mon portable …et me tournant vers le bas de l’escalier, je vis mon anglais essayant vaguement de se relever. Deux de ses amis viennent le relever mais il ne se tenait plus sur l’une de ses jambes et souffrait…. Nous lui laissions nos places mais au bout de dix minutes, les secours vinrent le chercher….  Le mauvais oeil était sur l’Angleterre….

 

Nous étions un peu plus confiance surtout que j’étais revenu entier de ma chute dans l’escalier!!!

Les débuts des bleus furent quelque peu hésitants …. Les fautes de main liées à des joueurs plus fébriles se multiplièrent dès les dix premières minutes…et on commençait à douter un peu personnellement.

Sur le terrain, les tricolores marquaient des points au grattage dans les trucks ou dans les mêlées …Ils ne se dispersaient pas pour conquérir des balles en touche….

 

Le stade de France, plein à craquer, se mit à encourager les bleus de manière à les réveiller.  Les tricolores prirent l’avantage par une première pénalité de Melvyn Jaminet puis Gael Fickou concluait une des premières attaques initiées par un Romain N’ Tamack toujours aussi sobre.

Les français montrèrent alors une fois de plus leur esprit combatif et leur admirable sens de la défense (avec des joueurs plaquant à souhait comme Fickou, Gros, Jelonch, Aldritt, N’Tamack, Villière ou Dupont …et des gratteurs comme Marchand, Cros ou Danty)

 

Marcus Smith, le jeune ouvreur britannique, après avoir réussi deux pénalités,  essaya de dynamiser ses trois quarts après avoir envoyé des chandelles sur notre arrière mais rien n’allait vraiment perturber l’équipe française. Une fois de plus Romain N’Tamack eut une inspiration sublime pour lancer notre flanker François Cros dans un trou de souris .

A la mi-temps, les anglais étaient rejetés à douze points de nos tricolores.

 

L’équipe britannique revint comme une bande de petits  diablotins prêts à nous faire des misères. Ce premier quart d’heure nous fit douter quelque peu..

Mais, tout le long du match, on avait senti que nos joueurs maîtrisaient leur sujet surtout en défense avec un Antoine Dupont toujours aussi hargneux (la "niaque" des champions) et qu’ils leur faisaient mal.

Ils allaient revenir après avoir digéré oranges ou citrons.

Mon ami Claude me répétait sans cesse qu’il trouvait les anglais bien plus faibles que nous et que nous allions y arriver .

Les anglais ne savaient plus trop comment faire pour déstabiliser l’équipe de France. Le XV de France ne paniquait pas même si les anglais revenaient à 6 points… On était chez nous et sur un temps fort de possession tricolore dans les vingt-deux mètres adverses, Gregory Alldritt servait Antoine Dupont qui s’arrachait pour marquer notre troisième essai.

 

 

Le stade France explosa de bonheur et se mit à soutenir jusqu’à la fin le combat de ses jeunes coqs. Le public français put savourer alors le sacre mérité de cette équipe et recevoir le trophée sous les feux d’artifice.

 

Il aura fallu deux ans et demi à Fabien Galthié et son staff pour atteindre ce graal qu’est le Grand Chelem pour ce tournoi 2022!

 

Bravo et à bientôt …..car d’autres échéances vont apparaître et il faudra se remettre à l’ouvrage!

N° 330: Tout est bien qui finit bien: Chelem « in the pocket »  !
N° 330: Tout est bien qui finit bien: Chelem « in the pocket »  !N° 330: Tout est bien qui finit bien: Chelem « in the pocket »  !
N° 330: Tout est bien qui finit bien: Chelem « in the pocket »  !N° 330: Tout est bien qui finit bien: Chelem « in the pocket »  !N° 330: Tout est bien qui finit bien: Chelem « in the pocket »  !
Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : HAKALOULOU RUGBY CLUB
  • : Emotions ressenties sur des lieux où rugby rime avec le mot vie ...et puis quelques "hakas"........des coups de gueule, des cris de rage ou des instants de plaisir....Merci de les partager pour cette année 2023
  • Contact

Profil

  • HAKALOULOU
  • Jeune retraité de l'E.N désirant transmettre des informations, mais aussi ses émotions, ses joies, ses découvertes  ou ses hakas, des cris de rage, des coups de gueule aussi bien culturels que sportifs....
  • Jeune retraité de l'E.N désirant transmettre des informations, mais aussi ses émotions, ses joies, ses découvertes ou ses hakas, des cris de rage, des coups de gueule aussi bien culturels que sportifs....

Recherche

Articles Récents

  • N°339: Violence, où nous mènes-tu?
    Hier, se sont ouverts dans plusieurs lieux en France des débats, des échanges autour des violences faites aux femmes. Avant-hier, déjà, une conférence avait lieu dans les locaux de la salle J-P Roger sous la présidence de M. Jean Claude Jouannou, président...
  • N° 338: Pourvu que cela dure en 2023 !!!
    En s'imposant face au Japon (35-17), les Bleus ont terminé en beauté une année 2022 couronnée de succès. Treize succès …pourvu que ce nombre ne leur porte pas la poisse pour le prochain Tournoi. Certes celui-ci ne sera pas le plus important de l’année...
  • N°337: Sanctions,  bobos,  et compo face aux japonais
    Les deux cartons rouges de France-Afrique du Sud restent dans toutes les mémoires. Beaucoup de supporters ont trouvé que le match avait atteint un degré de violence assez fort et qu’il va falloir trouver vite une remède pour éviter que cela s’empire....
  • N°336: Une initiative heureuse et dynamique autour de la petite balle ovale
    Pour parfaire la condition physique des seniors et surtout prévenir les chutes, l'association Comité du Rhône & Métropole de Lyon de Rugby à XIII a développé un programme Silver XIII Equilibre, programme sportif et ludique autour de la petite balle ovale...
  • N°335: Difficile victoire des bleus mais une victoire quand même!
    Ne boudons pas notre plaisir de voir notre équipe de France atteindre ce niveau dans des conditions particulièrement défavorables, celui d’une équipe conquérante qui se forge un beau palmarès, en attendant d’autres objectifs bien plus concrets. Pourtant,...
  • n° 334: Penaud a sauvé les bleus en rôdage!
    Lors de ce France Australie qui s’est déroulé devant un public bien particulier faisant la ola quand les bleus attaquaient, on est resté sur notre faim.. Car on ne voit pas tout à la télévision … Sur place, notre vision n’a pas été la même! …les matches...
  • N°333: Les bleus à l'épreuve des équipes du Pacifique
    XV DE FRANCE - À la veille de l'affrontement contre l’Australie au Stade de France, le XV de France a poursuivi ses semaines de préparation. Le Rochelais Jonathan Danty et le Toulousain Cyril Baille faisaient notamment partie des 23 joueurs potentiellement...
  • N°332: Des bleues en demi déjà !
    En cette fin octobre où le soleil brille encore en France, des jeunes femmes montrent aux antipodes qu'elles font bien partie des meilleures nations du rugby mondial. Mais qui les a suivies ? En France, on se passionne pour les luttes entre clubs professionnels...
  • N°331: Dans un an, on se régalera ....
    La Coupe du Monde aura débuté en France .... aura-t-on eu une première victoire sur les néo-zélandais ? peut-être pas car ceux-ci voudront encore honorer la reine Elisabeth II qui vient de s'éteindre... Les équipes de l'hémisphère Sud qui s'affrontent...
  • N° 330: Tout est bien qui finit bien: Chelem « in the pocket »  !
    Douze ans après leur dernier titre durant le tournoi 2010, les bleus conduits par leur vaillant capitaine Antoine Dupont une fois de plus meilleur joueur du match ont donc remporté leur dernier match et décroché un dixième chelem …. Cela ne pouvait qu’être...

Pages

Liens