Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
1 novembre 2015 7 01 /11 /novembre /2015 12:06
yeah! black loulou!!!
yeah! black loulou!!!

Ce matin, bienheureux de ce succès qui confirme une des plus grandes équipes au monde !!

Les All Blacks ont réussi leur compétition Ils souhaitaient montrer qu’ils étaient les plus motivés pour demeurer les premiers à conserver leur titre de champion du monde.

Tout le prouvait dans ces quatre dernières années

Ils n’ont été battus que trois fois en cinquante-quatre rencontres. Quand St André n’affiche que 44,4% de victoires, le coach simple, modeste et calme M. Hansen obtient 90,7% avec presque les mêmes joueurs qui se connaissaient, avaient des automatismes depuis plusieurs années, se passaient la balle les doigts dans le nez. Puisse M. Novès, lui qui prend ces jours-ci les rênes de l’équipe de France mais qui reçoit déjà des salves de critiques acerbes d’anciens sélectionneurs, espérer un jour pouvoir tourner avec une quarantaine de joueurs …..

Mac Caw, Retallick, Mealanu, Kaino, Ma’a Nonu, Smith et ce Carter au sommet de son art sans compter ces géniaux distributeurs Aaron Smith ou Sonny B. Williams et ce finisseur puissant nommé Savéa ( il battra certainement le record d’essais vu son âge) ne pouvaient pas quitter cette épreuve sans le titre.

Ils entrent tous dans la légende mais comment ne serait-ce pas normal tant ce pays est amoureux de ce sport (les bébés portent le maillot, les femmes sont derrière leurs maris, parents, frères, amis, les collégiens ne rêvent que de cette tunique, les maoris ne transmettent que leurs valeurs fondées sur des traditions où énergie, force et volonté sont développées dès la plus petite enfance…)

Les All Blacks sont au-dessus de toutes les nations depuis au moins quatre ans et même auparavant. Leur domination sur la planète Rugby est insolente certes…mais qu’y faire à moins d’aller observer la formation mise en place dans ce petit pays, d’aller y puiser certaines idées, de ressentir leur amour pour ce sport ….

Rendons toutefois grâce à leurs valeureux adversaires. Les australiens ont essayé de trouver la voie dans ce mur noir ; ils y sont parvenus par deux fois au moment où Ben Smith avait écopé d’un carton jaune. Ils ont cru prendre le dessus, pourtant lors de la première mi-temps, on avait ressenti qu’ils étaient dominés par une équipe plus énergique. Celle-ci a fini, certes, par commettre quelques bévues qui ont permis aux deux commentateurs de TF1 de s’exciter pour soutenir les Australiens (M. Laporte ne sait pas être neutre…!). Les Blacks ne pouvaient que les contrôler et gérer tout le match avec une maîtrise résumée par le drop magique mais si professionnel de Dan Carter à l’heure de jeu.

Jamais tel bilan n’a été réalisé mais qui pensait le contraire ? Juste quelques supporters nostalgiques ou des résistants à l’idée de voir les puissants encore l’emporter.

Quand on voit du beau jeu, on ne peut qu’être fan de cette équipe.

Les français ont pris la plus grande déculottée en phase finale de leur part et rien ne m’avait étonné tant le fossé est grand entre notre équipe de France sans dynamisme et ces Néo-Zélandais rapides, incisifs et pleins de cette fraîcheur qui manque tant à nos joueurs (la preuve: la pêche d’un Nonu qui n’a joué que 25 matches à la différence d’un autre joueur français aligné sur 40 matches)

Le rugby est un sport exigeant, les contacts y sont nombreux et malheureusement de plus en plus violents parfois, mais il doit conserver cette vivacité qui en fait un sport plaisant à regarder.

La Coupe du monde qui vient de se dérouler en Angleterre et au Pays de Galles a été une réussite financière. Les stades, malgré quelques tarifs de places quelque peu élevés, y étaient pleins surtout quand on voyait des équipes comme les Blacks, les australiens, les argentins, les japonais, les écossais, les gallois, se permettre des chevauchées qui enthousiasmaient tout fan.

Le rugby rentre-dedans a peut-être atteint ses limites, du moins espérons-le pour l’avenir; d’ailleurs les sud-Africains, anglais et français l’ont payé à leurs dépens.

On désire en France du rugby spectacle, du rugby champagne, du rugby un peu fou, du rugby qui part de tous côtés comme ce fut le cas lors de la finale entre Wallabies et All Blacks… Le TOP 14 va le permettre…c’est évident surtout avec un Nonu à Toulon, un Carter au Racing qui m’apparaît comme l’un des favoris au titre, un Smith à Pau…Etc…etc

Mais l’équipe de France dans tout cela reviendra-t-elle de sa torpeur?

Guy Novès souhaite mettre en place avec Yannick Bru et Jeff Dubois un projet de jeu où la vitesse et la technique devraient être au cœur d’une nouvelle idée plus rugbystique. Il a annoncé que les bleus pourront gagner mais aussi perdre …. On est loin de la motivation des Blacks à tout gagner. Bon courage tout de même !

Prochainement : Un lien vers un fichier photo racontant notre séjour britannique

voilà pourquoi j'aime ce pays qui cultive ses traditions!

Repost 0
Publié par JLM HAKALOULOU
commenter cet article
28 octobre 2015 3 28 /10 /octobre /2015 08:34
Supporters blacks prêts à en découdre!
Supporters blacks prêts à en découdre!

Après notre déconvenue et le flot de critiques de la semaine dernière, nous avons effectué un petit tour de France de quatre régions représentées par des villes où le rugby continue d'être au centre des préoccupations des habitants, Clermont-Ferrand, Bordeaux, Bayonne et Montpellier.

Nous avons pu ainsi discerner des remarques qui pourraient être prises par les dirigeants du rugby français mais ceux-ci sont-ils vraiment prêts à remettre en question un système qui leur permet de gagner de l'argent et qui procure du spectacle aux adhérents des clubs?

Nous l’évoquerons dans un prochain article mais pour l’instant, place aux finalistes !

Ne vivant plus dans l'ambiance et à l'écart des manifestations des supporters, nous nous sommes installés calmement devant le poste de télévision à Capbreton chez mon ami Jean-Claude IZ. pour assister aux demi-finales de cette coupe du Monde 2015.

Qu'avons-nous constaté entre ces affrontements entre nations du Sud? Tout d'abord qu'elles finissaient bien par se connaître, qu'elles se respectaient et qu'elles progressaient chacune dans un domaine. Les blacks ont démontré qu'ils savaient contrôler et gérer une situation difficile, les australiens, eux, ont, pour leur part, mis suffisamment d'agressivité dans leurs placages pour atténuer la virtuosité incessante des jeunes artistes argentins.

Nous allons donc retrouver les deux meilleures équipes du monde qui n'avaient d'ailleurs pas perdu durant ce tournoi ce qui prouve que le champion doit réussir un parcours sans faute.

Certes les Wallabies sont présents à ce stade de la compétition grâce à l'ineffable M. Joubert qui a privé l'Ecosse d'une place en demi me direz-vous mais rien de plus normal que de retrouver l'équipe dominatrice de l'Angleterre dans cette "fameuse" poule de "la mort"!

La finale s'annonce-t-elle belle entre ces deux nations qui ne se sont jamais rencontrées à ce niveau du moins en coupe du Monde? Elles vont viser un troisième titre et donc une fois de plus elles vont confirmer le dicton du « Jamais deux sans trois ». Tout le monde souhaite que la balle vive et au vu des joueurs aux qualités indéniables, nous espérons assister à un affrontement entrer deux écoles du beau jeu.

Tout se jouera aussi bien à l'avant qu'à l'arrière. Toute munition ne devra pas être gâchée. Elle devra être employée à permettre à la balle de virevolter dans les différentes lignes.

Des duels fort intéressants (Mac Caw-Read-Kaino contre Hooper-Pocock-Fardy ; Ma’a Nonu, Smith ou Sonny B Williams, Ben Smith face à Gitteau, Mitchell, Ashley Cooper, Falau, Aaron Smith face à Genia, Carter face à Foley) vont s'offrir à nos yeux ébahis, scrutés à la loupe puis analysés pour l’avenir. Nous allons, je l’espère, nous régaler, du moins ne peut-on que préparer nos enregistreurs pour revoir les actions et se faire enfin plaisir.

Les deux équipes se sont rencontrées déjà deux fois cette année ; chacune l’a emporté ….c’est donc la belle !

Pour ma part, les All Blacks désirent devenir la première équipe à faire un doublé et prouver au monde entier du rugby qu’ils sont les maîtres absolus de cette discipline. Ils le méritent amplement et apporteront à leur pays une nouvelle grande satisfaction. J’en fais mon favori tant ils m’ont impressionné dans la maîtrise du jeu, dans la vitesse des passes ou des courses. Les australiens seront-ils aussi agressifs, sauront-ils déjouer la machine à gagner ? Nous le saurons samedi soir !

Et puis n’oublions pas non plus la petite finale entre sud-africains et argentins, les tanks contre les pumas à la relance instantanée vendredi soir, surtout qu’Habana voudra battre le record de Lomu à cette occasion !

Repost 0
Publié par JLM HAKALOULOU
commenter cet article
22 octobre 2015 4 22 /10 /octobre /2015 10:38
N° 120 : Rouge de colère,  déprimé mais bleu à jamais ?

Depuis moins d’une semaine, je ne cesse d’écouter les avis des uns et des autres sur la fessée, la rouste, la déculottée, la branlée de notre équipe face à ce qui se fait de mieux sur la planète rugby, les All Blacks de Nouvelle-Zélande.

Les quelques millions de licenciés, des amoureux de ce sport échangent des idées, des propositions. Ce débat est vivant, nécessaire et vital pour l’avenir.

Cela ne m’empêche pas malgré tout de ressentir une grande amertume bien que je garde au fond de moi les images souriantes de ce week-end gallois où supporteurs de tout pays se sont unis pour fêter leur sport de manière réjouissante.

C’est vrai que le bilan de PSA et de son staff n’est pas bon.

Les précédents non plus ne l’étaient pas… et cela depuis l’ère du commencement du professionnalisme (époque Berbizier, le pourcentage de réussite a diminué passant en vingt ans de 70% à 44,4 %) Y a-t-il eu une évolution des engagements des différentes instances fédérales pour améliorer ces résultats? Point !

Doit-on tout remettre en question ? Certainement !

Le mal est profond pour notre rugby national qui a perdu beaucoup de son identité liée à nos traditions régionales.

Traitement de choc radical pour traiter cette hémorragie ou homéopathique pour satisfaire des intérêts économiques ? Pourquoi pas ?

Il va falloir réagir et pas uniquement en changeant de sélectionneur, de joueurs, de tactique, de fond de jeu mais en redéfinissant certains domaines comme la formation, la limitation des joueurs étrangers dans le TOP 14, l’introduction de nos jeunes pousses, les salaires, le déroulement des compétitions, le nombre de matches, ….(j'y reviendrai dans d'autres articles car j'ai décidé de me mettre en retrait des stades)

De toute manière, toutes ces modifications émises doivent être débattues de manière responsable avec tous les acteurs qui comptent pour ce sport aux valeurs indéniables.

En tout premier lieu il faut se fixer un objectif et se poser la question de savoir si on souhaite donner la priorité des moyens à notre quinze national.

Car, comme après chaque échec retentissant du XV DE FRANCE (ce ne sera pas le premier, ni le dernier), c’est la grande lessive, la boucherie, le déballage, le règlement de comptes avec une révolution à envisager mais qui va être difficile à enclencher au vu de certains intérêts en jeu .

Cette « révolution » est-elle nécessaire et souhaitable ? Doit-on tout jeter dans le rugby français ?

Certes l’absence ou l’invisibilité de stratégie de jeu, le tâtonnement dans le choix des joueurs (remises en cause suivis de retours en grâce et inversement), la définition claire d’un fond de jeu en sont les causes les plus criantes depuis quelque temps.

La communication de l’équipe d’encadrement justifiant choix et stratégies n’a pas toujours été cohérente ajoutant au désarroi même des joueurs et créant des failles sensibles (cas de Trinh-Duc, Mermoz, Médard, Vahaamanina ou Lopez par exemple). La préparation même de la coupe du Monde, censée emmener les joueurs au niveau des meilleurs, a été trop orientée vers un travail foncier physique durant l’été (peut-être pas la meilleure période pour lever de la fonte) et on a oublié la technique (travail sur la vitesse, la passe, l’évitement, …)

Un bon sélectionneur avec de bons adjoints (même si Bru et Teulet n’ont pas démérité), une bonne philosophie de jeu et un bon type de management auraient pu obtenir une meilleure note à défaut de meilleurs résultats (après tout, le résultat final brut – quart de finaliste battu par la Nouvelle-Zélande – n’a rien d’illogique et d’infâmant).

Pour ma part, je me suis souvent battu pour mon maillot et je n’ai que rarement renoncé à mieux faire. J’étais incité à donner le meilleur de moi-même aussi par mon entraîneur ou mes camarades ou mon père ancien demi d'ouverture

J’ai bizarrement ressenti une absence de révolte, une hargne, une incapacité à réagir en match de la part des joueurs qui n’avaient pas l’air d’avoir envie de mieux faire malgré les encouragements de leurs proches ou des supporteurs. Sont-ils trop payés? juste un défraiement et une indemnité conséquente lors de brillants résultats pourraient peut-être les inciter à faire mieux ... quoique le fait de porter le coq sur la poitrine me suffirait pour ma part à mon bonheur et je lui donnerai tout.

Besoin d’une révolution donc ? Peut-être, mais en douceur de préférence.

Il n’en faut pas tant que ça pour que ça aille beaucoup mieux. Certes, les calendriers peuvent être allégés, les étrangers un peu moins nombreux (limitation dans tout championnat et en particulier le TOP 14 ET LA PRO D2, la formation redéfinie. N’oublions pas que le Top 14 et la Pro D2 (et certains clubs de Fédérale 1) ont une logique et des contraintes différentes, quelquefois incompatibles avec celles de l’équipe nationale. De plus en plus professionnalisés, ils sont les vecteurs d’un enthousiasme croissant pour ce sport (forte augmentation du nombre de licenciés depuis le début du professionnalisme) et de l’attrait économique (sponsors, droits TV) et social (valeurs du rugby prônées en entreprise, image de marque régionale) aux retombées immenses pour ce sport.

Ce sont des entreprises locales ou régionales de pointe ayant un souci constant de développement économique et sportif, l’un n’allant pas sans l’autre, au travers de leur image et de leurs résultats. Les Boudjellal, Altrad ou Lorenzetti, Afflelou ou Guazzini, ne sont pas des « patrons voyous ». Ils aiment le rugby et lui ont sacrifié du temps et des moyens.

Ils défendent leur Top 14 et cherchent des appuis, Laporte l’ancien sélectionneur et secrétaire des sports ou l’équipe de Radio Monte-Carlo en étant leurs relais.

Ils pensent peut-être un peu trop rentabilité de leurs investissements. Mais attention le rugby n’est pas le football. Il véhicule des valeurs fondamentales de nos comportements telles la solidarité, le dépassement de soi, l’amitié, …

Les dirigeants des clubs doivent veiller aussi à cet aspect non négligeable.

Le Top 14 va rester sur la sellette. Il faudra revoir le nombre de matchs mais aussi la formule de celui-ci… Qui va en prendre la responsabilité ? normalement la fédération qui accorde les licenses

Et pourtant moins de clubs (TOP 12 OU 10 ) ou bien création de provinces à la manière des Néo-Zélandais ou des Irlandais ? limitation (5)par match du nombre d’étrangers pour permettre l’introduction de jeunes joueurs issus des centres de formation ? opposition systématique d’un joueur étranger à un joueur français sur tel ou tel poste ? réduction du nombre de matches pour permettre de retrouver du tonus ? pression sur la LNR dirigée par une personne qui ne voit que son intérêt et non celui de la collectivité en refusant des contrats fédéraux ? ....ne seraient-elles pas les bonnes questions à se poser pour l’avenir de notre rugby national.

Comme à chaque défaite historique, on attend tout du nouveau sélectionneur Guy Novès au palmarès remarquable et au caractère ben trempé.

Je suis persuadé qu’il va revenir à l’essentiel, aux fondamentaux, à la vitesse d’exécution, à de la technique. S’il n’obtenait pas de meilleurs résultats d’ici deux ans, je pense qu’il déciderait de lui-même de démissionner en cours de mandat. (ce que proposait d’ailleurs Ibanez dans son projet) Si M. Laporte devenait, ce que je ne souhaite pas, le nouveau président de la fédération, il ne resterait pas à la tête de la sélection, tant les deux hommes ne s'apprécient pas.

J’espère qu’il pourra améliorer un tant soit peu notre équipe de France, c’est tout le mal que je lui souhaite pour éviter la déprime qui, pourtant, pointe en moi et dans le coeur de certains supporteurs depuis samedi dernier. Elle va mettre du temps à être évacuée, surtout au vu des futures compositions des équipes du TOP 14 ce week end qui déjà augurent d'un certain statu-quo fort détestable.

Repost 0
Publié par JLM HAKALOULOU
commenter cet article
20 octobre 2015 2 20 /10 /octobre /2015 08:52
N°119 :  A tout supporteur, du fond du cœur, merci ….

Supporter un pays du plus profond de ses valeurs reste pour moi un beau geste.

Aux lendemains tristes d’une défaite prévisible face à une des meilleures équipes du monde, je revois tous ces visages de personnes au sourire généreux et à l’habillement folklorique qui ont donné pendant plusieurs heures des couleurs à cette ville de Cardiff aux murs bien gris et aux façades aux briques délavées. Cela me conforte sur l'âme humaine faite de solidarité et d'amour pour un maillot, un pays, un sport.

Ayant assisté aussi au tournage d’un reportage de la télévision française, je ne peux qu’être un témoin privilégié de l’interprétation fournie par les journalistes sportifs à la recherche d’un moindre scoop.

On ne choisit malheureusement qu’un angle de vue. On fait passer aux français un message positif de supporters : l’équipe de France allait créer l’exploit et résister à ces blacks (ceux-ci humiliés par le passé en 1999 ou en 2007 au pays de Galles puis en 2011 où ils faillirent ne pas obtenir le titre ne souhaitaient que prendre leur revanche)

L’un des supporters filmés (FR3 samedi 17) dans les couloirs de l’hôtel précisait bien qu’un spectateur encourageait son équipe mais aussi participait à une représentation originale de son pays, de ses traditions, de ses valeurs liées à son identité dans une grande fête du rugby.

Ce témoignage a été coupé au montage. C’est bien dommage !

Et pourtant ces « aficionados » ont donné un autre tempo, une autre image, une joie indescriptible dans les tribunes à ces deux quarts de ce week-end. L’affrontement entre blacks et français a vite tourné en une démonstration saluée par la majorité des fans français. Les plus intéressés par ce sport recherchaient encore le lendemain matin les raisons de la fessée (voir prochain article) ce qui parait bien compréhensible.

Le combat entre irlandais et argentins a permis, lui, de constater l’amour de tous les fans des deux pays répartis harmonieusement dans ce magnifique stade du Millenium.

Ils ont été gâtés et les meilleurs teams l’ont emporté à notre grand plaisir et c’est l’essentiel.

La bière galloise ou irlandais a coulé à flots dans les différents pubs du centre de Cardiff d'où une ambiance bon enfant, les bobbies n'intervenant guère.

Même dans une défaite aussi large que celle des bleus face aux ALL BLACKS, un supporteur doit demeurer présent et fidèle surtout dans ces moments de grande peine ou de désolation.

N°119 :  A tout supporteur, du fond du cœur, merci ….N°119 :  A tout supporteur, du fond du cœur, merci ….
N°119 :  A tout supporteur, du fond du cœur, merci ….N°119 :  A tout supporteur, du fond du cœur, merci ….N°119 :  A tout supporteur, du fond du cœur, merci ….
N°119 :  A tout supporteur, du fond du cœur, merci ….N°119 :  A tout supporteur, du fond du cœur, merci ….
Repost 0
Publié par JLM HAKALOULOU
commenter cet article
16 octobre 2015 5 16 /10 /octobre /2015 08:32
Black for ever !!!
Black for ever !!!

Eh oui!! Une nouvelle fois le XV de France va affronter le champion du monde de la passe au contact, de l'envolée des trois-quarts à la technique irréprochable, de l'esprit universel du beau jeu.

Je me réjouis d'aller assister ce week-end en la bonne ville de Cardiff envahie par des cohortes de supporters plus ou moins enivrés d'Argentine, de France, d'Irlande ou de Nouvelle-Zélande Il ne faudra pas oublier non plus les gallois, boks, australiens ou écossais qui vont donner de la voix dans les nombreux pubs ou en fanzone aux autres quarts de finale de cette coupe du Monde.

En ce week-end, nous entrons dans la phase finale pour intégrer le carré des prétendants au titre.

Les rencontres à venir seront un affrontement entre deux hémisphères, deux formations, deux conceptions de jeu. Une équipe européenne pourra-t-elle stopper la suprématie des Argentins, Blacks, Boks, Wallabies sur le rugby mondial? C'est l'enjeu de ces quarts et ce n'est pas le moindre! On ne manquera pas de comparer l'écart entre les deux hémisphères à l'issue de cette dernière épreuve.

Revenons à nos All Blacks qui mobilisent tous les journalistes en France au point de parler de magie noire, d'haka ou de peur.

Ils ont raison de s'interroger. Ils feraient bien de redécouvrir les All Blacks, ces joueurs qui osent porter le maillot du deuil de leurs adversaires mais qui pratiquent une jeu porté vers l'offensive.

Comment ne pas se rappeler que l'appellation All Blacks proviendrait d'une parole d'un journaliste évoquant les All Backs c'est à dire tous des arrières, tous des attaquants....

Le rugby doit demeurer un jeu de passes, un jeu d'attaque où vitesse, anticipation, feinte, esquive doivent être cultivées.

Pour ma part, bien qu'ils vont affronter l'équipe de France, j'aurai un certain plaisir à les retrouver étant un fervent admiratif des compétitions néo-zélandaises et un inconditionnel de ce pays tant sa nature, ses paysages, ses traditions, ses gens sont beaux.

D'ailleurs, depuis le début de la compétition, entre deux pauses "rugbystiques", je suis allé porter cette bonne parole auprès de jeunes élèves à Rouen, Poitiers, ou Lyon....et les enfants ont été enthousiasmés par le reportage effectué il y a quatre ans. (voir le site de Poitiers: http://sitesecoles.ac-poitiers.fr/poitiers-coligny/spip.php?article424 ou les dessins de tatouage effectués par ceux de Rouen)

Si les blacks passent l'obstacle bleu, peut-être poursuivrais-je la tournée dans deux ou trois autres écoles...

Les blacks reviennent donc en ce samedi pour montrer qu'il ne faut pas les enterrer trop vite et nos bleus vont devoir sortir toute leur hargne, leurs tripes, faire appel à leur intelligence pour pouvoir l'emporter et laisser une trace comme leurs aînés. Cela suffira-t-il pour les éliminer, tant notre technique, notre tactique, nos fondements de jeu restent bien moyens depuis quatre ans?

A nos bleus de nous surprendre mais surtout à ne pas baisser les bras et à nous offrir si possible une victoire ou tout au moins une belle défaite dont nous n'aurions pas à rougir....

Dessins post-exposé de l'école du Petit Quevilly (M. Obadia)...Dessins post-exposé de l'école du Petit Quevilly (M. Obadia)...
Dessins post-exposé de l'école du Petit Quevilly (M. Obadia)...
Dessins post-exposé de l'école du Petit Quevilly (M. Obadia)...Dessins post-exposé de l'école du Petit Quevilly (M. Obadia)...

Dessins post-exposé de l'école du Petit Quevilly (M. Obadia)...

Repost 0
Publié par JLM HAKALOULOU
commenter cet article
15 octobre 2015 4 15 /10 /octobre /2015 08:07
Les bleus face à leur destin...
Les bleus face à leur destin...

Philippe St André en ce jour constitue peut-être sa dernière composition pour cette coupe du monde. Elle devrait ne pas comporter beaucoup de changements. Chouly, n’ayant pas trouvé de solution à la touche ,Tillous-Bordes trop lent ou Bastareaud sans tonus vont faire les frais de ce lifting de raccroc.

Le staff tricolore n’a que peu de solutions à proposer et n’espère qu’une réaction d’orgueil de l’ensemble de son groupe face à ce qui se fait de meilleur sur la planète rugby.

Les joueurs qui constituent cette équipe devront surprendre pour espérer atteindre les demi- finales. Le peuvent-ils réellement ? Les All Blacks gardent des réserves et les plus anciens voudront ne pas se laisser une nouvelle fois débordés comme ce fut le cas en 1999 à Twickenham ou en 2007 à Cardiff….

Jamais deux sans trois certes ….. berçons nous de cette illusion …d'ailleurs on ne peut que rêver !

Aux anciens de l'équipe de démontrer qu'ils peuvent réussir; de toute manière ils se doivent de sortir épuisés d'avoir tout tenté, de n'avoir jamais renoncé et de ne pas quitter le terrain de façon minable

On sera de toute manière derrière eux…..même si déjà des voix s’élèvent sur les erreurs commises par l’encadrement ou la fédération ou la ligue.

Et puis à Cardiff on pourra vivre tous les quarts avec infiniment de plaisir...et c'est le plus important!

A fond pour soutenir Parra Michalack...et tous les autres ...
A fond pour soutenir Parra Michalack...et tous les autres ...
A fond pour soutenir Parra Michalack...et tous les autres ...
A fond pour soutenir Parra Michalack...et tous les autres ...
A fond pour soutenir Parra Michalack...et tous les autres ...

A fond pour soutenir Parra Michalack...et tous les autres ...

Repost 0
Publié par JLM HAKALOULOU
commenter cet article
13 octobre 2015 2 13 /10 /octobre /2015 16:20
Slimani, que va-t-on faire?
Slimani, que va-t-on faire?

De retour de Cardiff, les supporters français soupiraient, pas franchement surpris de la prestation de nos bleus.

Ils évoquaient les mauvais moments déjà passés lors de précédents matches et pansaient déjà les blessures de l’âme tricolore.

Pourtant ils avaient passé un extraordinaire week end à arpenter les rues en folie du centre de Cardiff, des rues qui font penser à certains quartiers de New-York. Tous les commerces, centres commerciaux, restaurants et surtout les pubs y sont concentrés ce qui attirent tout naturellement des milliers de supporters…..

Dès le samedi soir, où l’Australie avait battu le pays de Galles, l’agitation avait été comble mais l'ambiance restait plutôt bon enfant. Rares furent les incidents entre gallois ou australiens ou tout simplement anglais, français ou irlandais en attente de leur match.

Toute la nuit précédant le match, de sacrées bordées de supporters en joie se lâchèrent dans les ruelles sombres ou les passages aux lumières tamisées. La bière coulait déjà à flots, chaque groupe y allant de ses chants, de ses danses ou de ses cris.

Cette atmosphère nous rappelait celle des villes ou villages néo-zélandais en 2011 où la passion était de mise (même les bébés portaient un maillot des blacks); comme quoi un pays plus petit, une région restent plus attachés à ses traditions, à ses jeux, à son folkore, à ses sports, à son identité parfois ancestrale d’où cet engouement qui malheureusement n’existe plus trop dans de grandes nations comme l’Angleterre ou la France.

Le lendemain, le dimanche, ces mêmes supporters retrouvaient le pavé collant pour y imprégner leur marque indélébile. Ils visitèrent l’ancien terrain mythique de Cardiff, l’Arms Park transformé en fanzone et le trouvèrent bien petit par rapport au monstre, appelé Millennium, l’un des plus beaux stades au monde construit dans le centre ville.

Si les jeunes se délectaient des quelques animations, les plus anciens se souvenaient des faits d'armes des anciennes gloires galloises, Gareth Edward, Barry John, J.P.R Williams qui firent leur bonheur mais aussi celui du commentateur de l’époque, M. Roger Couderc.

Ensuite tous ces groupes déguisés, maquillés, déjantés, mais gais se retrouvèrent vers les murailles du château de Cardiff pour un bain photographique et échanger de manière conviviale.

La tension commençait à monter en ce milieu d’après-midi et des vagues bleues ou vertes partirent de l’Angel hôtel, lieu symbolique des nuits de l’équipe galloise des années 70 pour assister à l’arrivée des deux cars des deux « teams ».

La cohue fut indescriptible, chaque groupe vociférant leurs encouragements ou chantant leurs hymnes mais, grâce à un service efficace et une police à cheval, aucun problème sérieux n’est venu gâcher cette communion sympathique entre supporters et joueurs, même si ceux-ci étaient plongés dans l’écoute de leur musique préférée.

Cette rencontre entre français et irlandais s’annonçait comme un véritable combat où l’un d’entre eux allait être terrassé pour obtenir la première place du groupe, une place qui leur garantissait de ne pas rencontrer en quarts, l’un des ogres de la compétition depuis tant d’années, la Nouvelle Zélande.

Comme par hasard, et tout le long du match, on a senti une tension très forte jusqu’à la 50 ième minute où les bleus ont décidé de lâcher prise, soit parce qu’ils étaient cuits soit parce qu’il fallait penser à plus gérer l’après au vu de la dépense d’énergie pour défendre, du peu de munitions, des balles perdues, de l’impossibilité de pouvoir ou de vouloir les battre.

Philippe St André tente certainement son dernier coup de poker et espère voir une réaction de ce groupe face à la puissance des All Blacks. Au vu des quatre années de désillusions et des matches réalisés dernièrement, on peut craindre de recevoir une bonne branlée mais sur un match, tout reste toujours possible.

Si les néo-zélandais sont aussi bien coachés que les irlandais l’ont été ce dimanche, on peut se faire du mouron et notre future après-midi pourrait s’annoncer bien éprouvante pour notre cœur ou notre tête.

Ce dimanche, malgré les blessures de Sexton (lui aussi peut-être ménagé suite au placage remarquable et régulier de Louis Picamoles), O’Connel, O’Mahony, les irlandais ont su construire leur victoire devant un stade envahi par des milliers et des milliers de vers luisants.

Rien de bien normal que cette défaite au vu de notre rugby de plus en plus orienté vers le sport spectacle qui rapporte de l’argent dans les caisses….mais peu d'amélioration de nos qualités.

Nos bleus nous ont donc laissé des bleus à notre âme de supporter mais comment pouvait-il en être autrement au vu du système mis en place par le président de la FFR, celui de la Ligue et les présidents de club où on engage des joueurs étrangers de toutes origines pour satisfaire la galerie?

Quand va-t-on limiter ce nombre de joueurs à cinq par match en imposant dans chaque club qu’un joueur français formé au club se retrouve face à un joueur étranger sur un poste ?

L’Irlande avec ses provinces n’en possède que trois par match et applique cette manière qui permet à des jeunes de progresser (O’Connell est blessé mais Iam Henderson est déjà présent et il va, je l’espère, encore montrer sa classe face aux Pumas)

Voyez le résultat! Cherchez l'erreur ! Elle saute vite aux yeux et cela n'est pas la peine de reprocher au sélectionneur, au staff tout ce qui ne va plus en équipe de France

Sans cette remise en question inéluctable, en déplaise aux partisans du rugby spectacle, ce n’est pas la peine d’attendre des merveilles de l’équipe tricolore. PSA et son staff ont cru qu’on pouvait arriver à obtenir des joueurs français une hargne, une volonté et baser son projet de jeu sur le combat, la conquête, et une défense de fer. On s'aperçoit qu'ils paraissent usés, qu'ils ne battent plus.

On aurait travaillé la technique, la tactique plutôt que la musculation qui a laissé, semble-t-il, des traces sur le dynamisme, la spontanéité, la fraîcheur mentale mais aussi physique.

Guy Noves apportera certainement sa touche dans le secteur offensif mais cela ne suffira pas non plus.

Pour samedi prochain, faut juste qu’on sorte les crocs et qu’on fasse au moins honneur à notre maillot en ne se prenant pas une fessée....

Après on pourra tirer les conclusions …. même si aujourd’hui elles sautent déjà à nos yeux….

Prochain article

N° 117 Et maintenant, quelle équipe ?

N°116 :  DES BLEUS PLEIN LA TETE…..
N°116 :  DES BLEUS PLEIN LA TETE…..N°116 :  DES BLEUS PLEIN LA TETE…..
N°116 :  DES BLEUS PLEIN LA TETE…..N°116 :  DES BLEUS PLEIN LA TETE…..
N°116 :  DES BLEUS PLEIN LA TETE…..N°116 :  DES BLEUS PLEIN LA TETE…..
Repost 0
Publié par JLM HAKALOULOU
commenter cet article
9 octobre 2015 5 09 /10 /octobre /2015 12:28
Ma'a Nonu une star maori !!!
Ma'a Nonu une star maori !!!

Philippe Saint-André a présenté son équipe sans grande surprise surtout après les entrainements réservés à la presse, celle-ci commentant chaque choix d’une manière assez convaincante.

Les affreux des réseaux sociaux tapent sur le sélectionneur ; les journalistes spécialisés, eux, sont réservés et ne le chargent pas trop…. mais gare aux dérapages!

Les choses sérieuses commencent et il ne va pas falloir se louper. Il a prévu de placer Dulin sur une aile pour bénéficier de relances possibles mais surtout d’un bon pied gauche défensif, les irlandais sachant bien jouer ce secteur depuis leur apprentissage au jeu gaélique.

Il aligne son équipe-type pour essayer de battre les Irlandais et obtenir la première place de sa poule… Cela permettrait d’éviter l’ogre néo-zélandais même si l’Argentine est loin d’être un cadeau….

Pourquoi ne pourrait-il pas faire autrement ?

Parce qu’il a besoin de certitude, parce qu’il compte sur la touche pour contrer Henderson et Mac Donnell, parce que Chouly est un bon capitaine de touche…. Et puis Leroux en impact player à l’heure de jeu pourrait apporter pas mal de dynamisme.

Un seul regret : Parra est à nouveau sur le banc. L’encadrement du XV de France a encore privilégié l’entente de club entre Tillous Borde et Michalack. Il faut d’ailleurs espérer que celui-ci au crépuscule de sa carrière va arriver à mener le XV de France à la victoire…tout dépendra de l’activité de la troisième ligne irlandaise pour le contrer...

Le XV de départ : Spedding ; Nakaitaci, Bastareaud, Fofana, Dulin ; (o) Michalak, (m) Tillous-Borde ; Chouly, Picamoles, Dusautoir (cap) ; Maestri, Papé ; Slimani, Guirado, Ben Arous.

Remplaçants: Kayser, Mas, Debaty, Flanquart, Le Roux, Parra, Tales, Dumoulin.

Ce soir ne manquez pas Nouvelle-Zélande /Tonga ! on va voir si l’un des prétendants monte en puissance surtout que ce sera la 100 ième cape de MA’A NONU !!!

Repost 0
Publié par JLM HAKALOULOU
commenter cet article
8 octobre 2015 4 08 /10 /octobre /2015 14:58
Thierry en 2008 aux 20 ans de Lionel
Thierry en 2008 aux 20 ans de Lionel

Les coupes du monde ne m'apportent vraiment pas de totales satisfactions

Il y a quatre ans le 1 octobre 2011, j'apprenais le décès de mon ami Bernard , le parrain de ma dernière fille, en Afrique...Aujourd'hui à deux ou trois jours près un de mes anciens élèves a décidé de ne plus vivre au milieu de ses semblables.

Il lisait souvent avec intérêt et attention nos articles, les trouvait perspicaces et empreints d'une bonne analyse mais cela ne lui suffisait plus pour vivre intensément des émotions souvent si éphémères.

J'ai appris son décès après avoir passé merveilleusement la journée du 3 octobre avec ses camarades de classe (ceux-ci comme lui avaient quitté l'école de Viry-Chatillon en juin 1975). Cette nouvelle m', nous a bouleversé(s) et je reste encore bien secoué à ce jour.

Et même si mes amis cherchent à me distraire ou à me faire parler de rugby, je me sens encore très troublé par sa disparition soudaine.

Nous échangions depuis plusieurs années (et encore dernièrement) autour de différents sujets qui pouvaient varier de la politique au sport, du hard-rock aux chevaux qu'il soignait, caressait, pansait chez sa compagne Carole, du dernier traitement de sa dernière fille aux résultats de son judoka adoré, petit Paul qu'il nommait si affectueusement.

Il avait effectué durant des années une quête pour me retrouver et me remercier de ce que je lui avais apporté durant les premières années d'école primaire.

Quand on se revoyait sur le chemin de nos vacances, il m'embrassait comme du bon pain, comme celui que sortait son père boulanger du temps de Viry-Chatillon.

J'avais essayé de lui redonner un peu de ma pêche, un peu d'espoir dans ce monde économique qu'il n'appréciait pas trop. On dérivait parfois vers le rugby qu'il n'appréciait que modèrement.

Il me charriait, me chambrait, comme le font si bien les joueurs de rugby, sur notre équipe de France (tellement nulle à ses yeux que plus personne ne finissait par croire en elle, disait-il encore dernièrement) et son devenir dans cette coupe du monde où l'argent commence à couler à flots sur tous les terrains (l'élimination des anglais l'aurait fait bien rire quand même...)

Il avait souffert du décès de sa première femme et avait dû élever ses deux filles jusqu'à ce qu'elle soient adultes et responsables.

Il avait gardé aussi une petite malice dans son regard avec une petite ironie au coin des lèvres ce qui lui permettait de ne pas tomber dans le pathos. Mais on décelait aussi chez ce grand costaud, fan et pilote de grosses cylindrées, une grande fragilité qui l'attendrissait.

il cachait ses tourments, ses tracas quotidiens, ses angoisses. Pourtant le mal de vivre était bien là chevillé au corps.

Maintenant, nous sommes tous orphelins, aussi bien sa compagne, son fils, ses filles, sa famille, ses amis les plus proches, de quelqu'un de profondément attachant …

J'espère que l'équipe de France va montrer réellement ce qu'elle a dans le ventre et battre ces irlandais. S'ils gagnent, je ferai un clin d'oeil au ciel... S'ils ne réussissent pas, il y aura encore un quart face aux All Blacks ...et tout ne sera pas encore perdu...

Thierry me sourira alors en disant : " Ce n'était pas la peine de voyager aussi loin pour voir une équipe aussi ridicule sur le terrain"

Que c'est dur de ne plus le savoir présent en cette période!

Il me manque déjà....

ps le petit texte suivant a été également publié sur FB

"Thierry n'est pas venu nous rejoindre....Il a décidé de partir ailleurs. Il a préféré quitter en ce week-end dernier le monde des vivants, un monde qu'il n'appréciait plus, un monde où hypocrisie et mensonges font trop souvent la loi, un monde où l'humain est effacé au profit du rendement économique.....Ce matin, son corps s'est dispersé dans un ciel tout bleu. Malgré tout, Il reste au fond de notre coeur une sacrée peine. il m'avait invité à regarder dans le rétroviseur et à retrouver les bons moments. Cherchons donc encore des joies qui nous permettront de vivre, partageons les avec ceux qui nous aiment, qu'on aime ...La vie est belle....Carpe Diem!"

Repost 0
Publié par JLM HAKALOULOU
commenter cet article
5 octobre 2015 1 05 /10 /octobre /2015 11:03
un petit sourire qui en dit long sur mon plaisir !!!
un petit sourire qui en dit long sur mon plaisir !!!

L’ Angleterre a été battue par les Wallabies 33 à 13…rien à redire à cette défaite malgré les moqueries qui pullulent de ci de là pas très heureuses comme celle de Bastareaud, stupide et méprisante, qui aurait dû rester modeste au vu de ses propres performances depuis deux matches. (Je préfère le clin d'oeil ci-dessous ou ci-contre!)

Je préfère l’analyse de Serge Blanco et surtout sa satisfaction de voir l’Angleterre battue dans pas mal de secteurs de jeu et qui n’a pas été volée par un très bon M. Poite. Il y a quelques années l'équipe de France avait été battue par les anglais mais surtout par un arbitrage trop complaisant pour ces mêmes anglais.

La défaite du XV de la Rose est le fruit de plusieurs facteurs liés à la préparation de l’équipe mais aussi à la pression médiatique (rappelons nous 2007 pour notre équipe de France qui, loin de ses bases, avait créé l’exploit de résister puis de gagner face aux All Blacks)

L’Australie est enfin favorite du tournoi au vu des performances moyennes des Néo-Zélandais, des Springboks et aussi des Argentins…. Au vu des victoires de ce week end, on peut réellement se demander si les équipes de l’hémisphère Sud ne vont pas truster le dernier carré…

A l’Irlande à la bien difficile victoire sur une Italie revancharde et emmenée par Sergio Parissé mais aussi à nos bleus ou aux gallois de relever ce défi….

Dans le cas contraire, il sera bon et utile d’observer la politique de formation et le déroulement de toutes les compétitions. L’Australie a remporté le Four Nations et elle s’apprête peut-être à remporter la coupe du Monde à moins que les All Blacks se ressaisissent dans les prochains matches (ceux-ci comme la France n’ayant pas eu de match difficile)

Autre satisfaction : le parcours des Japonais qui peuvent encore espérer jouer un quart de finale ce qui nous permettrait de bien prouver que le rugby s’internationalise avec une nouvelle fraîcheur venant d’Asie.

Juste à craindre: qu'un arbitre anglais soit présent à la finale !!!!

A suivre :

DROGUE OU/ET MUSCULATION CAUSES DE LA CASSE EN COUPE DU MONDE

LES FEMMES ET LE RUGBY

LE HAKA DES ELEVES DE ROUEN?

photo officielle des anglais pour les quarts de finale de la RWC 2015 ....Merci Yves

photo officielle des anglais pour les quarts de finale de la RWC 2015 ....Merci Yves

Repost 0
Publié par JLM HAKALOULOU
commenter cet article

Présentation

  • : BLOG RUGBY D'HAKALOULOU
  • BLOG RUGBY D'HAKALOULOU
  • : Emotions ressenties sur des lieux où rugby rime avec nos vies ...et puis quelques "hakas".....des cris de rage ou de désespoir, de joie ou de plaisir...
  • Contact

Profil

  • HAKALOULOU
  • Jeune retraité de l'E.N désirant transmettre des informations, ses émotions, ses joies, ses découvertes  ou ses hakas, des cris de rage aussi bien culturels que sportifs....
  • Jeune retraité de l'E.N désirant transmettre des informations, ses émotions, ses joies, ses découvertes ou ses hakas, des cris de rage aussi bien culturels que sportifs....

Recherche

Articles Récents

  • N°172: Les bleus impuissants face à des springboks bien plus dynamiques....
    Deuxième test en terre sud-africaine et nouveau constat .... Face à un rugby de haute intensité et malgré les discours de Novès ou de Laporte, les bleus ont obtenu, à un point près, le même résultat bien faible mais qui correspond à notre niveau actuel....
  • N° 171: Débandade de nos bleus en altitude....
    L'équipe de France a pris l'eau de toutes parts lors du premier test face aux alertes Springboks dynamiques à l'image de leur talonneur Marsh. Maxime Machenaud et ses coéquipiers ont semblé un ton en dessous de leur niveau habituel à l'image d'un Picamoles...
  • N° 170: Délivrance pour le peuple auvergnat: CLERMONT CHAMPION !
    Clermont en patron a vaincu tous les signes indiens en maîtrisant, durant cette finale, avec beaucoup de courage toutes les velléités offensives répétées et puissantes de l'équipe toulonnaise. Mais que ce fut dur pour notre coeur!!! Nous ne fûmes vraiment...
  • N° 169/ En avant pour une finale Clermont-Toulon pour le plaisir de ce jeu....
    Le verdict est tombé au stade Vélodrome toujours flamboyant au soleil de Marseillel. Clermont au jeu vivant rencontrera Toulon et ses mercenaires au fort mental. Les clermontois ont montré leur enthousiasme et leur envie de déployer du jeu face à un Racing...
  • N°168: Entrons enfin dans le vif du sujet!
    Après plusieurs mois de rudes combats sous les regards de supporters toujours enthousiastes, les barrages (ou les quarts de finale) entre les troisièmes, quatrièmes, cinquièmes et même sixièmes ont rendu leur verdict.... O Surprise! L'équipe championne...
  • N° 167: BRAVO LES BLEUS! Quel beau mental pour l'avenir!
    Comment ne pas être aussi enthousiasmé après avoir vu cette victoire sur l'équipe de Galles à Paris ? Comment ne pas avoir autant souffert dans ce match historique dont la durée a dépassé l'entendement, tout cela par la faute d'un arbitre anglais coincé...
  • N°166 : France-Italie …. Mission remplie… maintenant jouons le podium !
    Mon pote Jean-Michel n’était pas intéressé par le match disputé par nos bleus au stade olympique de Rome car il n’y voyait qu’une équipe fagotée comme l’as de pique par le sélectionneur. Pour lui, la rencontre ne pouvait que ressembler à l’une de ses...
  • N°165 : Retrouver une flamme bleue face à l’Italie
    Pour cet avant dernier match en terre italienne, Guy Novès a dévoilé une composition du XV de France qui a tenu compte de la triste prestation des tricolores en Irlande. Les forfaits s’enchaînent et le sélectionneur a dû, une nouvelle fois, recomposer...
  • N° 164 : Une leçon de réalisme et d’efficacité des Irlandais...à retenir !
    Les français n’ont pu tenir que vingt cinq minutes face à cette équipe rôdée depuis plusieurs années aux préceptes de Joe Schmidt. Guy Novès peut constater qu’il y a encore beaucoup à faire pour arriver à cette maîtrise qu’ont montré les « Irish boys...
  • N° 163 : Résister à la furia irlandaise sur ses terres
    Les Irlandais derniers vainqueurs des All Blacks, des Australiens qui ont mis une déculottée aux italiens totalement perdus viennent ce samedi affronter les français dans un esprit de conquête et se préparent à y être fort agressifs dans les rucks. Il...

Liens